Telle mère, telle fille. Qui est l’auteur du ms. 1229?

Une réapparition

Dans le numéro de juillet août de l’Estampille paraît le facsimilé d’un manuscrit, dont Roger Duchêne affirme que l’auteur est « sans doute possible » Sévigné (cf. DUCHÊNE 1998, p. 187). Son principal argument est la présence d’une signature nettement reconnaissable: celle de la célèbre marquise.

Château de Grignan (Drôme), n° 1229

Cette lettre ayant été attribuée à comtesse de Grignan lors du premier tome de la correspondance (SÉVIGNÉ, éd. R. DUCHÊNE, 1972, t. 1, p. 1026), Duchêne décide de modifier son édition dans la réimpression qui suit la publication de sa découverte (2000). La lettre est désormais attribuée à la mère, ce changement étant désormais (discrètement) signalé à la fin de l’introduction en p. XIX.

SÉVIGNÉ, éd. R. DUCHÊNE, 1972 (tirage de 2000), t. 1, p. xix.

Un doute

Cette attribution reste néanmoins curieuse, car nous ne reconnaissons aucunement la signature de Sévigné. Si cette dernière peut varier d’un manuscrit à l’autre, nous n’avons pas retrouvé d’équivalent à celle du facsimilé de l‘Estampille.

Encore plus étonnant, il nous semble clairement reconnaître dès la première ligne trois carctéristiques de la main de Mme de Grignan que nous avons déjà identifiés (GABAY 2019), à savoir :

  • L’absence de contrepoint au s (supposément) rond en finale
  • L’utilisation de u plutôt que du v après élision (dune plutôt que dvne)
  • L’absence de boucle au jambage inférieur du s long 
Château de Grignan (Drôme), n° 1229

Ce manuscrit n’est donc, selon nous, pas de la main de la mère, mais bien de la fille. Rien d’étonnant d’ailleurs à ce que la signature indique M. de Sévigné, car il s’agit de M[ademoiselle] de Sévigné et non de M[adame] de Sévigné. La future Mme de Grignan ne se mariera en effet qu’en 1669, et porte donc toujours le nom de son père lorsque le ms. 1229 est écrit (1667).

Une correction

Dans son articl, Duchêne précise que « l’autographe, acquis depuis par le château de Grignan, présente les meilleures garanties d’authenticité » (cf. DUCHÊNE 1998, p. 187). La chose est étonnante, car l’inventaire du château présente le manuscrit comme étant de la fille, et non de Sévigné.

Nous sommes donc allé retrouver le catalogue de la Vente J.L. du 22 juin 1990, dont l’expert était Th. Bodin. Le manuscrit qui nous intéresse est le lot 150 de la vente, et est attribué à… Mme de Grignan! Il semble donc que nos remarques soient confirmées par l’un des meilleurs experts en autographe de la place de Paris.

Catalogue de la Vente J.L., lot N°150.

Chose étonnante, cependant, Th. Bodin note que ce manuscrit provient d’une autre vente, pendant laquelle il avait été attribué à… Mme de Sévigné!

Si nous maintenons malgré tout notre attribution, confortée par celle de Bodin, il est intéressant de noter que plusieurs experts confirmés sont en désaccord avec cette attribution. Cette hésitation entre la mère et la fille dit sans doute quelque chose de leur proximité lorsque cette lettre a été écrite.

Nous avons d’ailleurs retrouvé une erreur semblable dans un manuscrit aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’université de Harvard (Ms. Lowell 282, cf. GABAY 2019). Comme le Ms. Grignan 1229, ce Ms Lowell 282 a été écrit dans la jeunesse de la comtesse (1670): l’âge de cette dernière expliquerait-il un certain mimétisme graphique avec sa mère? Il s’agirait de vérifier, ce que nous nous promettons de faire.

Références

  • Collection J.L. Autographes – Littérature, [Paris : Th. Bodin, 1990].
  • DUCHÊNE, Roger, «Quelques manuscrits de lettres duXVIIesiècle: les avatars de textesimmuables», Le manuscrit littéraire: son statut, son histoire, du Moyen Âge à nos jours, Paris:ADIREL, 1998, pp.183-193.
  • GABAY, Simon, «La naissance de Marie-Blanche de Grignan. Notes sur la mise en page de la polyphonie sévignéenne », à paraître dans L’Ourvoir Litt&Arts (2019), [hal-01900042]

Citer cet article: Simon Gabay, « Telle mère, telle fille. Qui est l’auteur du ms. 1229? », e-ditiones, consulté le 04/07/2022, [https://editiones.hypotheses.org/1130].