Sévigné extra-illustrée (British Muesum n°1859,0514.306-343)

Le British Museum conserve dans le département des Prints and drawings un document exceptionnel: un édition Dalibon «extra-illustrée», «truffée» ou encore «grangerisée» de la correspondance de Sévigné, conçue par Ellis Ellis dans la première moitié du XIXe s. Originellement en 12 volumes, le tout a été intégralement démonté puis remonté en trente-huit volumes in-quarto en 1847.

Nous travaillons actuellement à la description et au catalogage de cette édition exceptionnelle, mais, alors que nous arrivons à la fin de cette tâche, nous avons décidé de donner un premier aperçu du contenu de ces volumes.

Grangeriser?

La tradition de la grangerisation est ancienne, et désormais mieux connue grâce aux récents travaux de L. Peltz (2017). Cette pratique tire son nom du révérend James Granger (1723–1776, cf. wikipedia), qui eu l’idée de publier  A Biographical History of England, from Egbert the Great to the Revolution avec des feuilles blanches pour laisser le lecteur illustrer lui-même le livre.

James Granger, A Biographical History of England. London, 1769. Illustré par Richard Bull. The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens, San Marino (CA)

La tradition de truffer, ou donc plutôt de grangeriser, les livres s’est alors développée en Angleterre, puis dans le reste du monde anglo-saxon, avec une prédilection particulière pour l’histoire locale, la Bible ou l’œuvre de Shakespeare.

Folger Library, ART Vol. b25 79v-80r.

Un document exceptionnel

Notre édition grangerisée de la correspondance est doublement exceptionnelle: d’une part parce qu’elle concerne un texte français, et d’autre part par sa ampleur. Comme nous l’avons dit, Ellis Ellis fait passer l’édition de 12 à 38 volumes in-quarto, en y ajoutant près de 10 000 illustrations de toutes sortes, qui accompagnent le lecteur. Ainsi, on trouve le portrait de Gilles Ménage en regard d’une lettre qui lui est adressée.

British Museum, vol. I, part. 1, ill. 49.

Ces gravures n’accompagnent cependant pas que le nom des destinataires, mais aussi des personnes mentionnées dans les lettres, comme le coadjuteur:

British Museum, vol. IV, part. 1, ill. 122.

Si de simples portraits se trouvent assez facilement dans des ouvrages du XIXe s., d’autres documents sont plus étonnants, et démontrent le phénoménal travail de recherche effectué par Ellis en ce début du XIXe s. Ainsi, alors qu’il est fait mention de l’hôtel d’Estrées, nous trouvons un plan détaillé de la bâtisse.

British Museum, vol. IV, part. 1, ill. 117.

Présentant l’hôtel de Lorge, Ellis utilise même un système emprunté aux pop-up books (ou «livres animés»), très populaires dans l’Angleterre de l’époque, pour mettre en évidence les travaux effectué sur le bâtiment.

Aux plans architecturaux répondent les plans de batailles, qui permettent de comprendre les mouvements militaires autour de Béthune et La Bassée dont parle Bussy à sa cousine.

Les ennemis sont campés entre Béthune et La Bassée, en attendant tranquillement la prise de Montmédy, qu’ils ne jugent pas d’assez grande importance pour hasarder un combat en voulant le secourir

Lettre de Bussy-Rabutin, 4 août 1657
British Museum, vol. I, part. 3, ill. 5-9.

Si certaines des gravures proposées sont tirées d’imprimés du XIXe s., il est important de noter qu’Ellis utilise aussi des sources du XVIIe s., comme des eaux-fortes d’Israel Silvestre imprimées en 1664 qui illustrent le «carrousel» de 1662.

British Museum, vol. I, part. 1, ill. 225.

Évidemment, la multiplication des illustrations, parfois de grand format, finit par produire des pages surchargées, ce qui pose des questions sur la lisibilité du résultat.

Ce type d’acharnement à exposer n’est d’ailleurs pas sans rappeler les pratiques d’autres collectionneurs de la même époque. Le livre d’Ellis est à la bibliophilie ce que la collection de Sir John Soane à Londres est à la muséologie.

Sir John Soane’s Museum, Londres.

Des facsimilés

Parmi ces illustrations, nous trouvons aussi des facsimilés d’autographes de Sévigné, comme celui de la lettre du 24 novembre 1695 à Pomponne.

L’original se trouve à la bibliothèque de l’Arsenal (Ms 6613, f°195-196) [ark:/12148/cc865475] et permet de confirmer l’authenticité du document.

D’autres documents sont cependant plus douteux, comme le document 265 du vol. 1, part. 1, qui est pourtant accompagné d’un prétendu certificat d’authenticité.

Le texte est inconnu de toutes les éditions, et nous sommes certain qu’il s’agit d’un faux. Nous aurons à y revenir.

Références