Une lettre inédite de Pierre Bayle (ARB 19346/247, Bayle)

Le Fonds Stassart de la bibliothèque de l’Académie royale de Belgique conserve un manuscrit inédit: une lettre de Pierre Bayle à Adrien Maurice, duc de Noailles (1708-†1766, wikipedia).

Il s’agit d’un bifeuillet (155×219 mm) daté et signé, dont l’existence est connue depuis plus d’un siècle. L’excellente édition de la correspondance de Bayle en rapporte l’existence, sans pouvoir en donner le texte (cf. emlo record et Correspondance, t. 13, p. 99, lettre n°1621).

Histoire du manuscrit

Les éditeurs de la Correspondance renvoient le lecteur à la revue de Gabriel Charavay L’Amateur d’autographes du 16 septembre 1862.

La vente Lalande de 1844 ne s’est cependant pas faite sous le nom du collectionneur, mais de manière anonyme: le catalogue de vente, publié par Charon, parle du «cabinet de M. L***». Le lot 34 (et non pas 110, comme le dit L’Amateur d’autographes) contient bien la lettre de Bayle à Noailles.

Étant donné la date de la vente (1844) et la date de mort du baron Goswin de Stassart (1854), il est fort probable que la lettre ait été acquise par ce dernier au moment de la dispersion de la collection Lalande.

Le texte

Voici la transcription de la lettre:

  1. Monseigneur
  2. La premiere lettre que j’ai eu l’honneur de vous
  3. ecrire auroit eté suivie de plusieurs autres si
  4. l’interdiction du commerce m’en avoit laissé la liberté.
  5. J’ai eu un deplaisir tres sensible de me voir privé par
  6. là de l’avantage glorieux qu’il vous auoit plu de
  7. me permetttre. J’ai senti principalement, monseigneur,
  8. ce deplaisir lors que les nouvelles publiques nous ont
  9. apris votre promotion à la dignité de duc et pair.
  10. J’avois une passion extreme de vous temoigner la joie [f°1v]
  11. que ie ressentois de ce qu’une possession prematurée
  12. d’une dignité deuë à votre merite avoit l’agrement de
  13. ne vous engager pas à pleurer la mort d’un pere
  14. illustre. Quel facheux contrems pour moi de
  15. ne pouvoir faire paroitre ce que ie desirois passionne=
  16. ment d’avoir l’honneur de vous temoigner. Enfin
  17. aujourd’hui j’ai une occasion de m’aquiter \de/ ce devoir,
  18. vn libraire d’Amsterdam m’avertit qu’il va faire
  19. un voiage en France, et qu’il donnera en main
  20. propre les lettres dont je voudrois le charger. Je me
  21. sers donc, monseigneur, de cette occasion tant
  22. pour vous feliciter de votre nouvelle dignité, et
  23. pour vous en souhaiter un longue et glorieuse
  24. possession, que pour vous asseurer de mes tres profonds
  25. respects
  26. Le libraire qui se chargera de cette lettre se nomme Mr [f°2r]
  27. de Lorme, il est conu par les editions de plusieurs
  28. ouvrages de consequence, il est fort entendu en
  29. la profession, et l’exerce avec honneur, et i’ai
  30. pour lui beaucoup de consideration. Vous etes
  31. monseigneur si affectionné à tout qui regarde
  32. la republique des lettres, que ie suis persuadé que
  33. vous me pardonnerez la liberté que ie prens de
  34. vous suplier tres humblement d’accorder votre
  35. protection à ce libraire dans les choses qui font le
  36. sujet de son voiage. Il me dispense du detail de l’etat
  37. où est ici la literature, il en pourra informer
  38. votre grandeur, tres exactement. sans cela, monsei=
  39. gneur, ie m’aquiterois avec la plus grande joie du
  40. monde de l’obligation de vous marquer ce qui se passe
  41. en ce genre là.
  42. On m’a ecrit de Geneve que Mr Turrettin professeur [f°2v]
  43. en histoire ecclesiastique a publié un ecrit sur les
  44. hommes doctes du 17. siecle. Sæculum XVII erudi=
  45. t[or]um. peu s’en est falu que l’histoire des ouvrages
  46. des savans n’ait entierement cessé à cause que le
  47. libraire ne pouvoit gouter que Mr de Beauval
  48. reduisit les six derniers mois de l’annee 1703 à
  49. un quartier. Il y a enfin consenti, et nous verrons
  50. bien tot paroitre les six mois qui ne feront que 6.
  51. feuilles au lieu que selon l’ordre ils devroient en
  52. faire 12. Apres cela Mr de Beauval donnera le
  53. quartier de cette année le plutot qu’il pourra et ainsi
  54. de suite plus exactement qu’il n’a fait les années
  55. dernieres.
  56. Je fais mille vœux, monseigneur, pour votre pos=
  57. terité, et ie me ferai toujours un devoir tres capital
  58. d’agir en homme qui est avec un \tres/ profond respect
  59. Monseigneur
  60. Votre tres humble et tres obeissant serviteur
  61. Bayle
  62. A Rotterdam le
  63. 25 mars 1704

Références

  • Pierre BAYLE, Correspondance, Antony McKenna et Fabienne Vial-Bonacci (dir.), en ligne [http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr].
  • Pierre BAYLE, Correspondance, Elisabeth Labrousse, Edward James, Anthony McKenna et al. (dir.), Oxford: Voltaire foundation.
  • European modern letters online [http://emlo.bodleian.ox.ac.uk].
  • Catalogue d’une belle collection de lettres autographes tirée du cabinet de M. L***, Paris : Charon, 1844 [Google Books: yhG4tobaq0C].

Remerciements

Nous remercions vivement Antony McKenna pour son aide dans la transcription du document. Nous restons bien évidemment responsable de toutes les fautes de transcription.

Citer cet article: Simon Gabay, « Une lettre inédite de Pierre Bayle (ARB 19346/247, Bayle) », e-ditiones, consulté le 23/10/2021, [https://editiones.hypotheses.org/1655].