Archives de catégorie : Philologie

Découvertes et notes philologiques sur les manuscrits du XVIIe s.

Sévigné extra-illustrée (British Muesum n°1859,0514.306-343)

Le British Museum conserve dans le département des Prints and drawings un document exceptionnel: un édition Dalibon «extra-illustrée», «truffée» ou encore «grangerisée» de la correspondance de Sévigné, conçue par Ellis Ellis dans la première moitié du XIXe s. Originellement en 12 volumes, le tout a été intégralement démonté puis remonté en trente-huit volumes in-quarto en 1847.

Continuer la lecture de Sévigné extra-illustrée (British Muesum n°1859,0514.306-343)

Catalogue des sources sévignéennes

Dans le cadre du projet L’écriture privée au XVIIe siècle: étude philologique des manuscrits de Mme de Sévigné (FNS 157169) dirigé par M. Escola (université de Lausanne) et A. Corbellari (université de Neuchâtel), nous nous sommes attaché à rassembler toute la documentation connue sur la célèbre marquise. Les recherches ont été faites dans les bibliothèques publiques et privées d’Europe et d’Amérique, mais aussi dans les fonds d’archives, dans les collections privées ou dans les catalogues de ventes, afin de répertorier un maximum d’autographes, de copies, de facsimilés ou de photographies.

Continuer la lecture de Catalogue des sources sévignéennes

Telle mère, telle fille. Qui est l’auteur du ms. 1229?

Une réapparition

Dans le numéro de juillet août de l’Estampille paraît le facsimilé d’un manuscrit, dont Roger Duchêne affirme que l’auteur est « sans doute possible » Sévigné (cf. DUCHÊNE 1998, p. 187). Son principal argument est la présence d’une signature nettement reconnaissable: celle de la célèbre marquise.

Continuer la lecture de Telle mère, telle fille. Qui est l’auteur du ms. 1229?

Une lettre inédite de Madame de Sévigné à Jean D’Hérigoyen

De la correspondance de la célèbre marquise, il ne nous reste que peu de manuscrits autographes. La plupart d’entre eux ont été découverts destinataire par destinataire : la correspondance avec Bussy (1697), puis avec Mme de Grignan (1734-1737), Pomponne (1756), Moulceau (1773) ou encore Guitaut (1814). De ces manuscrits, certains ont été détruits (comme la collection de Mme de Simiane), d’autres conservés par les familles (comme la collection des Guitaut), et enfin d’autres vendus (comme les lettres à Moulceau).

Continuer la lecture de Une lettre inédite de Madame de Sévigné à Jean D’Hérigoyen